livraison express gratuite
retours et échanges gratuits

~ Interview avec Bill Rebholz

FYU PARIS_Bill Rebholz_art

Bill, quelle est ton histoire ?

Je suis né dans le Wisconsin, un État situé le long des Grands Lacs, dans la partie Nord et centrale des États-Unis. Pendant ma petite enfance, ma mère allait à l'université pour devenir enseignante et mon père travaillait dans un studio photo. Mes deux parents ont toujours eu un penchant pour les arts, mais ils n'avaient pas grand-chose, alors être créatif avec uniquement ce que l’on pouvait se permettre était une leçon importante qu'ils ont toujours enseignée et vécue.

Ayant grandi dans un quartier industriel de ma ville, mes terrains de prédilection étaient les voies ferrées et les zones arrière des bâtiments industriels. Au lycée, la seule chose qui retenait vraiment mon attention était le dessin dans mes cahiers. Après avoir regardé le célèbre documentaire "Style Wars", j’ai pensé au potentiel que pouvait avoir mon quartier et j'ai commencé à peindre des graffitis.

Après le lycée, j'ai fréquenté une école professionnelle de graphisme, avant d'être transféré dans une école d'art à Minneapolis, Minnesota (plus au nord et à l'ouest) pour étudier l'illustration. 

À côté de mes études, j'ai appris par moi-même à faire de la peinture d'enseignes et du lettrage au pinceau. Après avoir obtenu mon diplôme, j'ai travaillé dans une agence de publicité pendant un an en tant que designer de production, un poste que je détestais. Après avoir démissionné, j'ai décidé de faire de mon mieux pour mener une vie qui ne dépende pas d'une façon fixe de vivre ou de travailler. J'ai commencé à obtenir quelques petits boulots d'illustration à cette époque, et j'ai commencé à travailler à temps partiel comme peintre d'enseignes auprès de deux commerçants. J'ai déménagé à New York en 2015 pour travailler dans une entreprise de papeterie en faisant de l'illustration. Boulot que j’ai fait pendant un an et demi, puis j'ai fini par démissionner à nouveau pour faire de l'illustration en freelance, ce que je faisais après le travail la plupart des soirs, à plein temps (et ce que je fais depuis). En cours de route, j'ai trouvé quelques petits boulots aléatoires de peinture d'enseignes et de peinture murale avec un ami qui travaillait là-dedans à New York.

À côté de toutes ces activités professionnelles, j'ai continué à peindre et j'ai commencé à construire des petits objets/structures/figures, ce que je continue à faire encore maintenant. Aujourd’hui, j’essaie de répartir mon temps pour pouvoir passer autant de temps sur des projets personnels qu’à travailler. Et je vis actuellement à Los Angeles, en Californie.


Dis-nous quelque chose sur toi que nous ne pouvons pas lire dans la biographie d'un artiste.

Certains appellent ça collectionner, d'autres appellent ça amasser, la frontière est très mince mais j'aime parcourir les sites comme Craigslist ou eBay, les marchés aux puces, les vides-maison ou simplement les encombrants dans la rue à la recherche de bricoles, de meubles, d'outils et de matériaux que je pourrais utiliser. Les déchets des uns sont les trésors des autres, non ?


Beaucoup de vos œuvres représentent des personnes, des visages. Qui sont les personnes dans votre travail ?

Parfois ce sont des personnes que je vois, parfois c'est juste un amalgame de personnes. Les gens et la figure humaine sont accessibles à tous, et il est possible de les rendre très abstraits tout en les considérant comme des personnes. J'aime présenter les gestes que je dessine à travers des formes qui ne sont pas liées au naturalisme, mais qui sont tout de même reconnaissables.


Vous connaissez bien le graphisme et le lettrage, mais vous peignez aussi, sculptez et même cousez. Comment choisissez-vous le support que vous utilisez pour une pièce en particulier ?

Je pense que cela dépend principalement de ce que l'on cherche à réaliser. En général, les travaux commerciaux sont un peu plus directs quant au résultat attendu - envoyer un fichier Photoshop ou utiliser de la peinture au latex pour peindre une fresque. Dans mon travail personnel, le choix tourne généralement autour de ce qui m'intéresse à ce moment-là. Mon travail est surtout plat ou graphique, donc j'ajoute de la texture et de la profondeur par le choix des supports, la construction et les finitions. C'est un peu comme peindre des panneaux, on rencontrera toujours des idiosyncrasies, je m'en réjouis beaucoup et j'aime l'incohérence des surfaces de travail, dont beaucoup sont créées à partir de matériaux trouvés ou recyclés.


Une chose dont vous aimeriez que plus de gens se soucient ?

Il est difficile de dire ce dont les autres devraient se préoccuper, mais l'idée de l'obsolescence programmée m'a toujours semblé contre-intuitive - les vêtements, l'architecture, les voitures, la technologie, peu importe - faire en sorte que les choses se dégradent plus vite afin de les vendre davantage. La réutilisation, la récupération et la restauration des objets sont gratifiantes car elles permettent d'apprendre de nouvelles choses, sur les détails de ce qu'elles sont, et elles créent un lien plus fort entre vous et vos possessions.

 

Découvrez d'autres œuvres de Bill sur son Instagram : @billrebholz

Post précédent