livraison express gratuite
retours et échanges gratuits

A conversation with… Clementine, creative director of FYU PARIS

Clementine & Valentin ~ 1994

"Devrions-nous nous asseoir ici, au soleil ?"C'est un mardi après-midi dans la chaleur de la mi-juillet que nous nous sommes assis avec Clémentine Fenton-Yon pour en savoir plus sur FYU PARIS et la dernière collection capsule : Summer Memories"

Clementine est la directrice de création de FYU PARIS, et est en grande partie responsable de l'esthétique de la marque. Lorsqu'on lui demande de définir ce label, elle se contente de deux adjectifs : créatif et inclusif. Elle puise une grande partie de son inspiration dans les arts. "Je suis toujours à l'affût des artistes, de la musique, de tout ce qui peut nous inspirer, car j'aime penser que nous évoluons en permanence." La capsule de cet été ne fait pas exception, avec des pièces inspirées des souvenirs tendres et excentriques de l'enfance de Clem.

Lorsqu'on lui demande quelle est la muse idéale pour incarner FYU PARIS, elle cite l'homme aux mille visages : "Je veux que FYU PARIS représente la liberté et l'inclusivité sans compromis, alors j'ai immédiatement pensé à David Bowie, puis à Harry Styles car j'aime la façon dont il canalise sa créativité."

En tant que label gender-free, l'inclusivité contribue à la conception de FYU Paris. Cela ramène le vêtement à sa fonction initiale : s'habiller, mais ajoute la nuance critique de s'habiller pour soi plutôt que selon les attentes des autres : “Quand j'avais 3 ans, on a fait notre photo de classe à la garderie. Ma mère avait choisi ce qu'elle voulait que je porte, c'était le survêtement de mon frère avec une chemise à carreaux et un col claudine, rouge et bleu, et je ne voulais pas le porter, je ne voulais vraiment pas le porter, j'avais déjà choisi une robe que je voulais porter. Elle a refusé et j'étais furieuse, absolument furieuse".

Cette collection était l'occasion parfaite de rappeler cet esprit d'enfance, où l'inventivité et la passion étaient au centre de tout. "J'étais une enfant assez solitaire, donc je devais m'amuser toute seule. J'étais probablement plus heureuse lorsque je faisais quelque chose de mes mains."

Clem a eu l'œil pour l'upcycling et la réutilisation des vêtements dès son plus jeune âge : “J'adore la mode vintage. Je l'ai toujours fait, bien avant que ce soit cool ou célébré, j'achetais des trucs dans des boutiques de charité avec ma sœur et je les modifiais avec ma machine à coudre." Naturellement, cette compétence s'est facilement transférée lors de la naissance de FYU Paris : "Une partie de la première collection de FYU Paris comprenait une poignée de pièces vintage uniques à côté de la ligne principale. Sélectionnées par notre incroyable styliste, Sarah Lespagnol, chacune d'entre elles reflétait l'individualité de la marque et se sont vendues très rapidement."

La collection Summer Memories plonge dans les souvenirs d'enfance de Clem, ainsi que dans ceux de Valentin, l'autre moitié de Clem et cofondateur de l'autre moitié de la marque: "Nous avons regardé des photos de nous enfants et nous nous sommes dit : "Wow", il y a tellement de liberté et de plaisir dans la façon dont nous nous habillons quand nous étions enfants !"

Le nom de chaque vêtement rend hommage à une anecdote ou à un souvenir personnel. La chemise Fresco par exemple, fait écho à une chemise achetée à la hâte par le père de Clémentine un été en Italie, tandis que la couleur de la chemise Trampoline est inspirée des thés à la crème dans le jardin des grands-parents de Clémentine en Angleterre.

L'origine et la traçabilité des matériaux et des tissus sont tout aussi importantes: "Nous essayons de n'utiliser que des tissus que nous aimons absolument. Je veux que cela m'excite, comme un coup de cœur. C'est aussi pour cela que nous avons demandé à Margaux [Dereume] de créer l'imprimé CRABBING. C'est vraiment une belle excentricité."

Elle a ajouté : “Depuis notre lancement, nous essayons progressivement de produire de plus en plus de choses en France, offrant ainsi un autre moyen d'être physiquement et émotionnellement plus proche des personnes qui créent les vêtements FYU PARIS. Ce modèle de production durable n'a pas été conçu pour surfer sur la vague du "Made in France", mais pour affirmer essentiellement les valeurs de FYU PARIS."

Et l'avenir de FYU PARIS ? Clémentine aimerait "concevoir des imprimés, raconter des histoires sur les gens, et raconter des histoires sur la culture. J'aimerais que FYU Paris devienne une safe place pour que les gens puissent s'exprimer comme ils le souhaitent". De manière cruciale, Clem considère la mode comme une forme d'art sous-estimée, dont les méthodes et les messages ont été biaisés en cours de route. "Je pense que la mode se perd dans un océan de mauvaise presse, comme la 'fast fashion' ou les autres stéréotypes négatifs qui existent. Mais la mode peut être complètement inspirante... Je pense qu'elle peut changer des vies."


La collection capsule FYU PARIS "Summer Memories" est désormais disponible en ligne sur www.fyu.paris.

Post précédent Post suivant